ABC L'Islam

Découvrez

L'Islam en Quelques Mots
Pourquoi L'Islam
Le vrai message de Moïse, Jésus et Muhammad
Comment Embrasser l'Islam
AB l'Islam:
Foi, Culte, Vie
Etudiez

Le Coran, le Miracle de l’Islam
Apprenez vous-mêmes l'Islam
Avant-Propos, Croyance, Fondements, Pratiques, Conduite, Charia, Seerah
Comment Vivre en Musulman

Apprenez vous-mêmes l'Islam

Leçons sur Les Pratiques Cultuelles

Pèlerinage

Jeûne

Zakâ

Prière

Purification

48 47 46 45 44 43 42 41 40 39 38 37 36 35 34 33 32 31

Leçon 44

Les Voies de la Zakâ -
La Zakâ du fitr

bullet

Les voies de dépense de la Zakâ sont huit[1]:
a) Pour les pauvres dont le montant de l’argent –même s’il dépasse l’assiette de la Zakâ- en la possession de l’un d’eux, ne suffit pas à lui assurer les besoins indispensables ainsi qu’à ceux qui sont à sa charge.
b) Pour les indigents qui ne disposent pas d’aucune source de revenu
[2].
c) Pour ceux qui y travaillent, c.-à-d. ceux qui la collectent, l’enregistrent et la distribuent
[3].
d) Ceux dont les cœurs sont à gagner à l’islam: Il s’agit des novices qui viennent d’embrasser l’islam; et ce, dans l’espoir d’affermir leur foi; et de certains incroyants, pour assurer le bon voisinage et afin d’éviter leur malveillance.
e) Pour l’affranchissement des jougs, c.-à-d. pour contribuer à affranchir les esclaves. C’était en les achetant puis les affranchissant, ou en passant un contrat grâce auquel l’esclave récupère sa liberté en échange d’une somme d’argent (l’esclavage a disparu graduellement des pays musulmans grâce à cette législation)
f) En faveur de ceux qui sont lourdement endettés: Les débiteurs insolvables qui sont hors d’état de payer leurs dettes, à condition que la dette ne soit pas contractée en vue d’un péché duquel il ne s'est pas encore repenti
[4].
g) Dans le sentier d’Allah et surtout pour le djihad en vue de propager l’appel à l’islam, de soutenir les musulmans et de leur réaliser tout intérêt possible: infrastructure, commodités et services divers.
h) Pour le voyageur en détresse: qui se trouve dans le besoin et sans le sou.

bullet

Les impôts levés par les gouvernements, à l’époque actuelle, ne dispensent pas le musulman de payer la Zakâ; car, ils ne dérivent pas de la même source de législation, n’ont pas le même système et ne visent pas les mêmes voies de dépense.

bullet

Les charges obligatoires: Celles dépensées pour subventionner les deux parents, les enfants et l’épouse ne font pas partie de la Zakâ.

bullet

La Zakâ du Fitr:
a) Elle est obligatoirement perçue de chaque musulman, à la fin du jeûne du ramadan, pour soi-même et pour chacun des membres qui sont à sa charge.
b) Il est permis de la payer à l’avance au cours du mois du ramadan et jusqu’à la célébration de la prière de la Fête.
c) Elle n’est pas exigée que de celui qui ne possède pas sa subsistance au jour et dans la nuit de la fête.
d) Son taux perçu pour chaque individu est de trois kilogrammes des vivres qui existent en général en abondance, comme: le blé, le riz, l’orge, les dattes, les raisins secs, etc. ou –suivant certaines doctrines- ce qui équivaut à cette quantité
[5].

 
Preuves du Coran et Sunna

[1]  Le verset :

]إنما الصَّدَقَاتُ لِلْفُقَرَاءِ وَالْمَسَاكِينِ وَالْعَامِلِينَ عَلَيْهَا وَالْمُؤَلَّفَةِ قُلُوبُهُمْ وَفِي الرِّقَابِ وَالْغَارِمِينَ وَفِى سَبِيلِ اللهِ وَابْنِ السَّبِيلِ فَرِيضَةً مِّنَ اللهِ واللهُ عَلِيمٌ حَكِيمٌ[ [التوبة60]

" Les Sadaqâts ne sont destinés que pour les pauvres, les indigents, ceux qui y travaillent, ceux dont les cœurs sont à gagner (à l'Islam), l'affranchissement des jougs, ceux qui sont lourdement endettés, dans le sentier d'Allah, et pour le voyageur (en détresse). C'est un décret d'Allah! Et Allah est Omniscient et Sage. " (At-Tawba (LE DESAVEU ou LE REPENTIR) : 60).

[2]  Le hadith : « Le malheureux n’est certes pas celui qui mendie parmi les hommes et se contente d’une ou de deux bouchées de nourriture ou d’une ou de deux dattes; mais le vrai malheureux est celui qu’aucune richesse ne peut combler, à qui personne ne fait attention et ne donne l’aumône et qui ne va pas, lui, demander l’aumône aux gens. » (Approuvé à l’unanimité)

[3]  Le hadith : « l’aumône n’est licite à aucun homme riche, hormis cinq (genres) : “celui qui y travaille, celui qui l’a achetée de son propre argent, celui qui est lourdement endetté, le conquérant sur les sentiers d'Allah, et quand un indigent ayant reçu l’aumône en a donné à un riche. » (Ahmad)

 [4] Les hadiths :

« La mendicité ne sied qu’à trois personnes : l’homme d’une pauvreté saillante, l’homme criblé d’une lourde dette, et enfin celui qui doit un prix de sang douloureux. » (Abou Dawoud)

« Si tu la remets (l’aumône) à mon messager, tu t’en acquitteras et tu auras sa récompense. Elle sera considérée comme péché pour toute personne l’ayant substitué. » (Ahmad)

« Si tu me la remets (l’aumône), tu t’en acquitteras et ainsi tu auras sa récompense. Le péché qui lui en est relatif découle de sa substitution. » (Ahmad)

[5]  Les hadiths :

« Le Prophète (BP sur lui) a imposé la Zakâ du Fitr (rupture de jeûne) dans le but de purifier le jeûneur des futilités et des rapports charnels, ainsi qu’en tant que nourriture aux pauvres. Celui qui l’aurait remise avant la salât (prière), elle sera considérée comme acceptée. Tandis que celui qui l’aurait donnée après la salât (prière), elle lui sera comptée comme une aumône parmi tant d’autres. » (Ibn Madja et Abou Dawoud)

Selon Abou Saïd Al-Khodari : « Du vivant du Prophète (BP sur lui), nous donnions comme Zakâ du Fitr (la rupture du jeûne) à tout jeune individu, âgé, libre ou esclave, un sâ’ de petit lait ou un sâ’ de nourriture, de lait caillé ou une mesure d’orge, ou de dattes, ou une mesure de raisins secs. » (Approuvé à l’unanimité)