ABC L'Islam

Découvrez

L'Islam en Quelques Mots
Pourquoi L'Islam
La preuve scientifique de l’Islam
Le Coran: Qui parle?
Le vrai message de Moïse, Jésus et Muhammad
Etudiez Apprenez vous-mêmes l'Islam
Avant-Propos
Croyance Fondements
Pratiques
Conduite
Charia
Seerah

Le Coran: Qui Parle?

Preuve de la divinité du glorieux Livre

 

Introduction

Chapitre 1
Une éloquence inimitable

Chapitre 2
Le messager et la révélation

Chapitre 3
Ce ne sont pas des paroles humaines
A qui le discours coranique s’adresse-t-il ?

 

Chapitre 1

Une éloquence inimitable

 

Le Coran a défié les Arabes de produire un Coran semblable ou même une seule sourate pareille. Et bien que les ennemis de l’Islam à travers les temps possédaient un motif puissant de relever ce défi, ils n’ont pas réussi, malgré leur éloquence et leur rhétorique.

Nous allons présenter, brièvement dans ce chapitre, quelques aspects inimitables de cette rhétorique :

 1/1-Aspects généraux

 L’harmonie du style, distinct de la prose ou de la poésie des Arabes, et distinct également du style du Messager qui nous l’a transmis et qui a dit : (Je suis Mohammed le prophète, l’analphabète) trois fois (il n’y a plus de prophète après moi, je cerne le vocable en amont et en aval)) (Rapporté par Ahmed)

 §         Le style se distingue de celui des hadiths Quodsi dont le sens a été révélé au Prophète (PBASL) qui les a transmis en son propre style d’être humain ;

 §         Le Coran se distingue par son flux subtil et uniforme en dépit de la variété des sens et des thèmes, même dans les versets traitant des législations et des lois. Exemple : Le verset sur la dette:

  )  يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُوا إِذَا تَدَايَنتُمْ بِدَيْنٍ إِلَى أَجَلٍ مُسَمًّى فَاكْتُبُوهُ وَلْيَكْتُبْ بَيْنَكُمْ كَاتِبٌ بِالْعَدْلِ وَلا يَأْبَ كَاتِبٌ أَنْ  يَكْتُبَ كَمَا عَلَّمَهُ اللَّهُ فَلْيَكْتُبْ وَلْيُمْلِلْ الَّذِي عَلَيْهِ الْحَقُّ وَلْيَتَّقِ اللَّهَ رَبَّهُ وَلا يَبْخَسْ مِنْهُ شَيْئاً فَإِنْ كَانَ الَّذِي عَلَيْهِ الْحَقُّ سَفِيهاً أَوْ ضَعِيفاً أَوْ لا يَسْتَطِيعُ أَنْ يُمِلَّ هُوَ فَلْيُمْلِلْ وَلِيُّهُ بِالْعَدْلِ وَاسْتَشْهِدُوا شَهِيدَيْنِ مِنْ رِجَالِكُمْ فَإِنْ لَمْ يَكُونَا رَجُلَيْنِ فَرَجُلٌ وَامْرَأَتَانِ مِمَّنْ تَرْضَوْنَ مِنْ الشُّهَدَاءِ أَنْ تَضِلَّ إِحْدَاهُمَا فَتُذَكِّرَ إِحْدَاهُمَا الأُخْرَى وَلا يَأْبَ الشُّهَدَاءُ إِذَا مَا دُعُوا وَلا تَسْأَمُوا أَنْ تَكْتُبُوهُ صَغِيراً أَوْ كَبِيراً إِلَى أَجَلِهِ ذَلِكُمْ أَقْسَطُ عِنْدَ اللَّهِ وَأَقْوَمُ لِلشَّهَادَةِ وَأَدْنَى أَلاَّ تَرْتَابُوا إِلاَّ أَنْ تَكُونَ تِجَارَةً حَاضِرَةً تُدِيرُونَهَا بَيْنَكُمْ فَلَيْسَ عَلَيْكُمْ جُنَاحٌ أَلاَّ تَكْتُبُوهَا وَأَشْهِدُوا إِذَا تَبَايَعْتُمْ وَلا يُضَارَّ كَاتِبٌ وَلا شَهِيدٌ وَإِنْ تَفْعَلُوا فَإِنَّهُ فُسُوقٌ بِكُمْ وَاتَّقُوا اللَّهَ وَيُعَلِّمُكُمْ اللَّهُ وَاللَّهُ بِكُلِّ شَيْءٍ عَلِيمٌ(  [البقرة 282]

 « Ô les croyants! Quand vous contractez une dette à échéance déterminée, mettez-la en écrit; et qu'un scribe l'écrive, entre vous, en toute justice; un scribe n'a pas à refuser d'écrire selon ce qu'Allah lui a enseigné; qu'il écrive donc, et que dicte le débiteur: qu'il craigne Allah son Seigneur, et se garde d'en rien diminuer. Si le débiteur est gaspilleur ou faible, ou incapable de dicter lui-même, que son représentant dicte alors en toute justice. Faites-en témoigner par deux témoins d'entre vos hommes; et à défaut de deux hommes, un homme et deux femmes d'entre ceux que vous agréez comme témoins, en sorte que si l'une d'elles s'égare, l'autre puisse lui rappeler. Et que les témoins ne refusent pas quand ils sont appelés. Ne vous lassez pas d'écrire la dette, ainsi que son terme, qu'elle soit petite ou grande: c'est plus équitable auprès d'Allah, et plus droit pour le témoignage, et plus susceptible d'écarter les doutes. Mais s'il s'agit d'une marchandise présente que vous négociez entre vous: dans ce cas, il n'y a pas de péché à ne pas l'écrire. Mais prenez des témoins lorsque vous faites une transaction entre vous; et qu'on ne fasse aucun tort à aucun scribe ni à aucun témoin. Si vous le faisiez, cela serait une perversité en vous. Et craignez Allah. Alors Allah vous enseigne et Allah est Omniscient. »  (Al-Baqara (La vache) : 282)

Et les versets sur la succession:

)يُوصِيكُمْ اللَّهُ فِي أَوْلادِكُمْ لِلذَّكَرِ مِثْلُ حَظِّ الأُنثَيَيْنِ فَإِنْ كُنَّ نِسَاءً فَوْقَ اثْنَتَيْنِ فَلَهُنَّ ثُلُثَا مَا تَرَكَ وَإِنْ كَانَتْ وَاحِدَةً فَلَهَا النِّصْفُ وَلأَبَوَيْهِ لِكُلِّ وَاحِدٍ مِنْهُمَا السُّدُسُ مِمَّا تَرَكَ إِنْ كَانَ لَهُ وَلَدٌ فَإِنْ لَمْ يَكُنْ لَهُ وَلَدٌ وَوَرِثَهُ أَبَوَاهُ فَلأُمِّهِ الثُّلُثُ فَإِنْ كَانَ لَهُ إِخْوَةٌ فَلأُمِّهِ السُّدُسُ مِنْ بَعْدِ وَصِيَّةٍ يُوصِي بِهَا أَوْ دَيْنٍ آبَاؤُكُمْ وَأَبْنَاؤُكُمْ لا تَدْرُونَ أَيُّهُمْ أَقْرَبُ لَكُمْ نَفْعاً فَرِيضَةً مِنْ اللَّهِ إِنَّ اللَّهَ كَانَ عَلِيماً حَكِيماً.. وَلَكُمْ نِصْفُ مَا تَرَكَ أَزْوَاجُكُمْ إِنْ لَمْ يَكُنْ لَهُنَّ وَلَدٌ فَإِنْ كَانَ لَهُنَّ وَلَدٌ فَلَكُمْ الرُّبُعُ مِمَّا تَرَكْنَ مِنْ بَعْدِ وَصِيَّةٍ يُوصِينَ بِهَا أَوْ دَيْنٍ وَلَهُنَّ الرُّبُعُ مِمَّا تَرَكْتُمْ إِنْ لَمْ يَكُنْ لَكُمْ وَلَدٌ فَإِنْ كَانَ لَكُمْ وَلَدٌ فَلَهُنَّ الثُّمُنُ مِمَّا تَرَكْتُمْ مِنْ بَعْدِ وَصِيَّةٍ تُوصُونَ بِهَا أَوْ دَيْنٍ وَإِنْ كَانَ رَجُلٌ يُورَثُ كَلالَةً أَوْ امْرَأَةٌ وَلَهُ أَخٌ أَوْ أُخْتٌ فَلِكُلِّ وَاحِدٍ مِنْهُمَا السُّدُسُ فَإِنْ كَانُوا أَكْثَرَ مِنْ ذَلِكَ فَهُمْ شُرَكَاءُ فِي الثُّلُثِ مِنْ بَعْدِ وَصِيَّةٍ يُوصَى بِهَا أَوْ دَيْنٍ غَيْرَ مُضَارٍّ وَصِيَّةً مِنْ اللَّهِ وَاللَّهُ عَلِيمٌ حَلِيم(ٌ    [النساء 11-12]                       

« Voici ce qu'Allah vous enjoint au sujet de vos enfants: au fils, une part équivalente à celle de deux filles. S'il n'y a que des filles, même plus de deux, à elles alors deux tiers de ce que le défunt laisse. Et s'il n'y en a qu'une, à elle alors la moitié. Quant aux père et mère du défunt, à chacun d'eux le sixième de ce qu'il laisse, s'il a un enfant. S'il n'a pas d'enfant et que ses père et mère héritent de lui, à sa mère alors le tiers. Mais s'il a des frères, à la mère alors le sixième, après exécution du testament qu'il aurait fait ou paiement d'une dette. De vos ascendants ou descendants, vous ne savez pas qui est plus près de vous en utilité. Ceci est un ordre obligatoire de la part d'Allah, car Allah est, certes, Omniscient et Sage. » (An-Nissa’ (Les femmes) : 11-12).

 §         Le Coran convient à tous, quel que soit le niveau de connaissance et l’époque. Au fil des siècles, les gens l’ont compris, s’en sont imprégnés et l’ont pris comme guide, les gens simples comme les savants.

 §         Les sujets et les sens s’enchevêtrent au point de composer un édifice complexe et cohérent, impossible à reproduire. Le passage fréquent d’un thème à l’autre, d’un sens à l’autre, et d’un récepteur à l’autre, aurait été ressenti, si l’auteur était un homme, comme insolite et déconcertant ;

 §         Le Coran se distingue par la grande variété dans l’expression à propos d’un même thème, donnant à chaque fois une signification nouvelle que ce soit dans les récits sur les prophètes, ou pour les sujets concernant l’au-delà ou pour tout autre thème ;

 §         Le discours change fréquemment d’orientation sans briser l’harmonie de la narration. Il présente les choses et les idées de façon concrète et réaliste. (Le discours est parfois d’Allah au Messager, ou d’Allah à des groupes de gens ; ou bien à propos d’Allah, ou à la troisième personne, ou à propos de choses ou de personnes ou de groupes) ;

 §         Le sentiment de la majesté de la divinité émane de l’ensemble du style coranique, il est impossible à l’homme d’imiter un tel style tout au long d’un texte de cette façon. (voir détail au chapitre 3) ;

 §         La signification abstraite du terme ou de la phrase est extraite et présentée de façon concrète, surtout dans les narrations (histoires) coraniques et dans les événements du Jour de la Résurrection, ainsi que les paraboles comme celle du verset de la lumière :

  )اللَّهُ نُورُ السَّمَوَاتِ وَالأَرْضِ مَثَلُ نُورِهِ كَمِشْكَاةٍ فِيهَا مِصْبَاحٌ الْمِصْبَاحُ فِي زُجَاجَةٍ الزُّجَاجَةُ كَأَنَّهَا كَوْكَبٌ دُرِّيٌّ يُوقَدُ مِنْ شَجَرَةٍ مُبَارَكَةٍ زَيْتُونِةٍ لا شَرْقِيَّةٍ وَلا غَرْبِيَّةٍ يَكَادُ زَيْتُهَا يُضِيءُ وَلَوْ لَمْ تَمْسَسْهُ نَارٌ نُورٌ عَلَى نُورٍ يَهْدِي اللَّهُ لِنُورِهِ مَنْ يَشَاءُ وَيَضْرِبُ اللَّهُ الأَمْثَالَ لِلنَّاسِ وَاللَّهُ بِكُلِّ شَيْءٍ عَلِيم النــور ( [النور35]

 « Allah est la Lumière des cieux et de la terre. Sa lumière est semblable à une niche où se trouve une lampe. La lampe est dans un (récipient de) cristal et celui-ci ressemble à un astre de grand éclat; son combustible vient d'un arbre béni : un olivier ni oriental ni occidental dont l'huile semble éclairer sans même que le feu la touche. Lumière sur lumière. Allah guide vers Sa lumière qui Il veut. Allah propose aux hommes des paraboles et Allah est Omniscient » An-Nour (La lumière) : 35) ;

§         Les scènes sont animées et vivantes : c’est le cas de la description de la tombée de la nuit et de l’avènement du jour :

) وَاللَّيْلِ إِذَا عَسْعَسَ . وَالصُّبْحِ إِذَا تَنَفَّس( [التكوير17-18]

  « par la nuit quand elle survient ! et par l'aube quand elle exhale son souffle !... » ; (At-takwir (17-18)) :

 §         Un effet de zoom est appliqué à certaines scènes; c’est le cas des chevaux du djihad :

 ) العاديات ضَبْحاً  فَالْمُورِيَاتِ قَدْحاً  فَالْمُغِيرَاتِ صُبْحاً  فَأَثَرْنَ بِهِ نَقْعاً  فَوَسَطْنَ بِهِ جَمْعا( [العاديات 1-5]

  « Par les coursiers qui halètent, qui font jaillir des étincelles, qui attaquent au matin ; et font ainsi voler la poussière, et pénètrent au centre de la troupe ennemie ». Pour plus de détails, consulter l’ouvrage « La figuration artistique dans le Coran » ; Al- ‘âdiyat (Les coursiers) :1-5)  

§         Les sujets des versets et des sourates se complètent, forment un tout, et s’expliquent les uns les autres sans se contredire.

 ) أَفَلا يَتَدَبَّرُونَ الْقُرْآنَ وَلَوْ كَانَ مِنْ عِنْدِ غَيْرِ اللَّهِ لَوَجَدُوا فِيهِ اخْتِلافاً كَثِيراً( [النساء 82]

 « Ne méditent-ils donc pas sur le Coran ? S'il provenait d'un autre qu'Allah, ils y trouveraient certes maintes contradictions ! » (An-Nissa’ (Les femmes) : 82)

Citons à titre d’exemple, la complémentarité dans les histoires coraniques (1/4), la complémentarité du discours pour prêcher et démentir les thèses des athées (voir l’ouvrage « Ils ne produiront pas pareil »), ainsi que les scènes du Jour de Résurrection (voir l’ouvrage « Les scènes du Jour de Résurrection dans le Coran ») ; Le Coran est exempt de toute répétition sauf dans deux cas : pour appuyer ou insister sur l’importance ou la gravité du sujet, et pour une fin de complémentarité entre images et formes présentées. C’est le cas des sourates : « Lequel donc des bienfaits de votre Seigneur nierez-vous ? » Ar-Rahmâne (Le Très Miséricordieux)[1] « Malheur, ce jour-là, à ceux qui criaient au mensonge » Al Moursalat[2] « En effet, Nous avons rendu le Coran facile pour la médiation. Y a-t-il quelqu'un pour réfléchir ? » (Al-Qamar (La lune) 17)[3] et le verset 5 de sourate A-Ra ‘d (Le tonnerre) : « Ceux-là sont ceux qui ne croient pas en leur Seigneur. Et ce sont eux qui auront des jougs à leur cou. Et ce sont eux les gens du Feu, où ils demeureront éternellement » ;[4]

 §         Plusieurs objectifs, distincts et parfois même opposés, sont atteints, tels que : 

o       La concision extrême (ou même la suppression), avec la précision ;

o       La présentation globale, mais en même temps détaillée ;

o       Discours s’adressant à la fois au commun des mortels et aux élites, comme mentionné plus haut ;

o       Le discours s’adresse à la fois à la raison et au cœur. 

 §         Un des aspects inimitables réside dans le nombre parfaitement identique d’emplois d’un mot et de son contraire : comme par exemple le mot « Satan » et tous ses dérivés sont cités 88 fois, exactement le même nombre de fois que le mot « Ange » et ses dérivés. De même, « la vie d’ici-bas » et « la vie de l’au-delà » 115 fois, « les bonnes actions » et « les actes prohibés » et leurs termes dérivés 180 fois ; le Coran, la Révélation et l’Islam et dérivés sont mentionnés 70 fois chacun.

 1/2 - Aspects inimitables de la terminologie

§         La justesse et la précision du choix du vocabulaire sont remarquables de sorte que chaque mot ne pourrait être remplacé par un autre. C’est un des aspects inimitables du Coran le plus vaste. Prenons à titre d’exemple le terme Aghtacha qui signifie « assombri » dans le verset 29 de la sourate An-nazi’at : « Il a assombri sa nuit et fait luire son jour ».[5] Ce terme donne le sentiment d’obscurité, de sérénité, d’apaisement et d’isolement. Prenons aussi le vocable Sakanane qui signifie « le repos » dans le verset 96 de la sourate Al-An‘âm (Les Bestiaux) : « Fendeur de l'aube, Il a fait de la nuit une phase de repos; le soleil et la lune pour mesurer le temps. Voilà l'ordre conçu par le Puissant, l'Omniscient »[6] Le mot reflète, par son ton, sa connotation et son accentuation l’apaisement, la quiétude et la sérénité.

 §         On note une grande précision dans le choix d’un mot plutôt qu’un autre parmi des mots qui semblent à première vue synonymes et on remarque la prise en compte des moindres nuances de sens. Toute substitution de termes conduirait inéluctablement à perdre la profondeur du sens, la précision de la description, et la beauté des sonorités. C’est le cas par exemple de la distinction entre le terme Ro’ya désignant les visions (véridiques des prophètes) et le terme Hilm désignant les rêves (ou simples hallucinations des gens). Voir aussi l’ouvrage « Le défi d’éloquence du Coran ».

 §         On note une parfaite cohérence dans la signification des termes de sens proches. Ainsi chaque terme employé a la même signification partout où il est employé dans le Coran. Voir les dictionnaires sur la terminologie du Coran ou l’ouvrage « Les synonymes dans le glorieux Coran ».

 §         On note que l’utilisation des prépositions tout au long du Coran est cohérente dans le sens où leur signification est la même partout dans le Coran.

 
1/3- Aspect inimitable de la syntaxe

 §         L’harmonie sonore des phrases est perceptible sans avoir besoin de comprendre la signification des mots ni même la langue arabe. De ce fait, le Coran est facilement prononçable et mémorisable. « En effet, Nous avons rendu le Coran facile pour la médiation. Y a-t-il quelqu'un pour réfléchir ? » (Al-Qamar (La lune): 17) [7]

Il n’y a guère de texte aussi long et aussi riche que le Coran qui soit facilement mémorisable. De fait les enfants l’apprennent par cœur depuis des générations, et il n’existe pas de texte de cette longueur et aussi varié qui soit aussi facile à mémoriser.

 §         On note la concision de la syntaxe et la richesse de signification. Les exemples sont nombreux à ce titre. Les plus connus sont : Le verset du Qissâss (talion) : (Al-Baqara (La vache) : 179)

§   (وَلَكُمْ فِي الْقِصَاصِ حَيَاةٌ يَا أُوْلِي الأَلْبَابِ لَعَلَّكُمْ تَتَّقُون)

 « C'est dans le talion que vous aurez la préservation de la vie, ô vous doués d'intelligence, ainsi atteindrez-vous la piété » ;

 (خُذْ الْعَفْوَ وَأْمُرْ بِالْعُرْفِ وَأَعْرِضْ عَنْ الْجَاهِلِينَ)

 o        (Al-A’âraf : 199) « Accepte ce qu'on t'offre de raisonnable, commande ce qui est convenable et éloigne-toi des ignorants » ;

 o       Les versets concernant la législation comme le verset de l’allaitement qui renferme vingt-trois jugements :

 (نِسَاؤُكُمْ حَرْثٌ لَكُمْ فَأْتُوا حَرْثَكُمْ أَنَّى شِئْتُمْ وَقَدِّمُوا لأَنفُسِكُمْ وَاتَّقُوا اللَّهَ وَاعْلَمُوا أَنَّكُمْ مُلاقُوهُ وَبَشِّرْ الْمُؤْمِنِين) [البقرة - 223]

 

 (Al-Baqara (La vache) : 223) « Vos épouses sont pour vous un champ de labour; allez à votre champ comme [et quand] vous le voulez et oeuvrez pour vous-mêmes à l'avance. Craignez Allah et sachez que vous le rencontrerez. Et fais gracieuses annonces aux croyants ! » ; et

 o       Les deux versets de la succession (An-Nissâ’ (Les femmes) :11-12) qui comportent la grande majorité des obligations. (Voir l’ouvrage « Des merveilles du Coran ».

 

§         On note l’omission intentionnelle de certains faits pour une meilleure éloquence et pour plus d’effets et de sensation. C’est le cas des deux versets 69 et 70 de la sourate Taha : « Jette ce qu'il y a dans ta main droite ; cela dévorera ce qu'ils ont fabriqué. Ce qu'ils ont fabriqué n'est qu'une ruse de magicien ; et le magicien ne réussit pas, où qu'il soit. ». Et puis : Les magiciens se jetèrent prosternés, disant : “Nous avons foi en le Seigneur d'Aaron et de Moïse ». [8] Beaucoup de détails ont été supprimés entre les deux versets : Moïse a jeté son bâton, le bâton s’est transformé en serpent et a dévoré les cordes des magiciens, ces derniers étonnés par l’événement se sont prosternés à titre de reconnaissance de la véracité de Moïse.

 §         La syntaxe est parfaitement ajustée et épurée : les termes sont très bien placés dans les phrases, les phrases dans les versets, résultant en une grande précision dans l’expression et un effet profond.

 §         On remarque l’utilisation appropriée des figures de styles comme la comparaison, la métaphore, la périphrase, et l’allégorie, ou des effets comme la rime, la paronymie, l’antithèse, et l’analogie ; ainsi que l’emploi du mode impératif et de l’interdiction, de la phrase exclamative, la concision dans l’expression, le décloisonnement, et la jonction.

 

1/4- Aspect inimitable des récits coraniques 

 §         Tous les récits coraniques ont trois objectifs : prouver la révélation et la prophétie, exhorter et inciter à réfléchir, démontrer l’unicité des messages divins;

 §         Les récits se caractérisent par leur brièveté remarquable car ils se limitent aux détails servant ces objectifs ;

 §         On note la répétition des récits dans plusieurs sourates mais de diverses manières, avec des objectifs différents et dans des contextes variés. Ainsi, l’objet du récit est cerné intégralement. C’est le cas des récits des prophètes (PBASL) Noé, Houd, Saleh, Ibrahim, Loth, Chou’aîb dans les sourates Al a’araf, Houd et Ach-chou’ara’ (Les poètes) ;

§         Des recommandations et des exhortations sont insérées dans chaque récit, chaque événement et chaque dialogue ;

§          La description est réaliste et figurative (Voir 1/1) ;

§          On remarque aussi une grande diversité dans l’introduction ou le préambule des récits ;

§          La présentation des scènes et des tableaux corrélatifs est théâtrale, et on remarque la suppression des tableaux inutiles afin de susciter l’imagination.

 

1/5- Aspects inimitables des versets législatifs 

 §         L’exhortation et la guidance imprègnent chaque point de législation abordé.

 §         Les législations sont introduites graduellement afin que les gens s’y habituent et se détournent ainsi de leurs péchés : c’est le cas des versets sur la prohibition du vin, et sur le djihad ;

§         La facilité est mise en relief, ainsi que le succès dans la vie sur terre et dans l’au-delà pour celui qui se soumet à la loi d’Allah ;

§         Les pires défauts et œuvres des athées sont mis en évidence, ainsi que les plus belles vertus et meilleures oeuvres des croyants ;

 §         La récompense et le châtiment, le Paradis et l’Enfer, sont mis en parallèle;

 

 1/6 - Aspects inimitables des sourates coraniques[9] 

 §         On note la complémentarité des sens, la cohérence du style et de la cadence de chaque sourate en dépit de la diversité des thèmes qu’elle traite et bien que ses versets aient été révélés en des occasions différentes ; et ce malgré que :

       o        il est plus difficile de passer d’un sujet à un autre que de passer d’une facette à 
              une autre d’un même sujet ; 

o       le Coran a été révélé à intervalles dans le temps, selon les événements et les besoins ; chose qui d’ordinaire ne permet pas d’avoir un enchaînement dans le texte;

o       la compilation d’écrits très variés par leur sens et leur contexte, et espacés dans le temps, en un texte unique, risque de donner l’impression d’incohérence, de manque de concision, de paradoxe, de disproportion ; (faites un essai en prenant plusieurs hadiths prophétiques sur un sujet quelconque, ou plusieurs écrits d’un auteur, et essayez d’en faire un texte cohérent, et vous vous rendrez compte de la difficulté…) ;

o       L’homme est incapable de déterminer la place de chaque partie d’une structure complexe avant sa finalisation, (essayez d’en faire l’application sur toute institution ou industrie ou activité humaine. Le fait que le Coran soit ainsi constitue certes un défi à travers les temps) ;

 §         Le fait que toutes ses conditions soient réalisées dans des sourates révélées par morceaux et à des intervalles de temps espacés, sans pour autant affecter leur unité et leur équilibre est en fait un miracle. Personne ne peut mettre en place un tel plan et l’exécuter sauf Allah le Très Connaisseur :

 La parfaite cohérence et synchronisation entre les phénomènes universels et ces unités descriptives coraniques, démontre l’unicité de leur source et prouve que Celui Qui, de par Son Savoir, a produit ces paroles, est aussi Celui Qui, par Sa Volonté, a produit ces créatures vivantes.[10] 

1/7- Résumé

 Nous résumons ci-après les aspects inimitables de l’éloquence du Coran :

 Premièrement, le Coran renferme toutes les caractéristiques réalisant la perfection et la beauté, aussi bien par le choix des vocables, de la syntaxe, des constructions grammaticales et des figures de rhétorique. Des significations sophistiquées et des sensations complexes sont rendues avec une précision sans égale, grâce à l’argumentation logique, la force de persuasion et l’harmonie des sons.

 Une telle construction prouve qu’il a été bien affiné avant sa révélation, avec grande précision, profonde sagesse, complémentarité et cohérence des sourates et au sein de chaque sourate (malgré sa révélation tout au long des vingt-trois années, à travers les différentes sourates et en des circonstances très variées).

Deuxièmement, la différence entre le Coran et tout autre récit ne réside pas seulement dans la syntaxe, les vocables, les styles de rédaction ou la rhétorique – choses qu’on retrouve dans le langage des Arabes de l’époque – ni même dans quelques figures linguistiques ; mais le défi c’est que le Coran renferme toutes ces qualités et à des degrés irréprochables. Le Coran est le plus parfait et le plus sublime.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

[1] فَبِأَيِّ آلاءِ رَبِّكُمَا تُكَذِّبَانِ- الرحمن (16)

[2] وَيْلٌ يَوْمَئِذٍ لِلْمُكَذِّبِينَ - المرسلات(15)

5وَلَقَدْ يَسَّرْنَا الْقُرْآنَ لِلذِّكْرِ فَهَلْ مِنْ مُدَّكِرٍ- القمرٍ (17)

[4] وَإِنْ تَعْجَبْ فَعَجَبٌ قَوْلُهُمْ أَئِذَا كُنَّا تُرَاباً أَئِنَّا لَفِي خَلْقٍ جَدِيدٍ أُوْلَئِكَ الَّذِينَ كَفَرُوا بِرَبِّهِمْ وَأُوْلَئِكَ الأَغْلالُ فِي أَعْنَاقِهِمْ وَأُوْلَئِكَ أَصْحَابُ النَّارِ هُمْ فِيهَا خَالِدُونَ- الرعد (5)

[5] وَأَغْطَشَ لَيْلَهَا وَأَخْرَجَ ضُحَاهَا (29)

[6]  فَالِقُ الإِصْبَاحِ وَجَعَلَ اللَّيْلَ سَكَناً وَالشَّمْسَ وَالْقَمَرَ حُسْبَاناً ذَلِكَ تَقْدِيرُ الْعَزِيزِ الْعَلِيمِ (96)

[7] وَلَقَدْ يَسَّرْنَا الْقُرْآنَ لِلذِّكْرِ فَهَلْ مِنْ مُدَّكِرٍ- القمرٍ (17))

[8]  وَأَلْقِ مَا فِي يَمِينِكَ تَلْقَفْ مَا صَنَعُوا إِنَّمَا صَنَعُوا كَيْدُ سَاحِرٍ وَلا يُفْلِحُ السَّاحِرُ حَيْثُ أَتَى (69) فَأُلْقِيَ السَّحَرَةُ سُجَّداً قَالُوا آمَنَّا بِرَبِّ هَارُونَ وَمُوسَى- طه (70)

[9] Inspiré du livre « La nouvelle grandiose » Mohammed Abdallah Deraz ; édition et commentaire de Abdel Hamid Ahmed Al Dakharini

 

[10] Un exemple pratique a été réalisé à ce sujet en analysant le lien entre les sens dans une même chaîne d’idées où les sections et les épisodes se succèdent et dans une même unité de texte où les phrases et les mots s’enlacent. Ceci a été réalisé dans sourate Al-Baqara (La vache), la plus longue sourate coranique avec ses 282 versets, et qui fut révélée en plus de quatre-vingts circonstances différentes, sur neuf années. (Voir « La nouvelle grandiose » de Mohammed Abdallah Deraz)